Nos analyses
16229
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16229,page-child,parent-pageid-15660,bridge-core-2.1,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-19.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-6.2.0,vc_responsive
 

Nos analyses

Exemple 1.

Croissance, emploi et demande de surfaces tertiaires en France

La jobless growth américaine consécutive à l’explosion de la bulle internet (2000-2002) a illustré le fait que la création d’emplois peut suivre avec un délai important le retour de la croissance. Les graphiques ci-dessous montrent une forte divergence de ce délai entre l’Allemagne et la France.

Pourquoi un tel écart du taux de chômage entre France et Allemagne alors que les taux de croissance sont in fine assez proches ? L’augmentation de productivité des salariés français, ou encore un rétrécissement relatif de la population active allemande ne suffisent pas à l’expliquer.

 

L’effet retard constaté en France est essentiellement dû au manque de résultats de la politique publique de l’emploi, et au déficit de confiance des entreprises françaises.

 

Cette tendance ne nous paraît pas durable à moyen-terme. En fin de cycle, le retour de la croissance et de la confiance auront nécessairement pour résultat une dynamique de création d’emplois et une hausse régulière de la demande de surfaces tertiaires.

Celle-ci profitera en premier lieu aux zones périphériques du Quartier Central des Affaires parisien, et aux métropoles régionales en dynamique de croissance : Bordeaux, Nantes, Toulouse, Marseille et Lyon notamment, lesquelles devraient connaître sur d’ici 2020 une revalorisation en capital significative.